Avant-propos

Toutes les citations proviennent du dernier Message Divin descendu à l’humanité en 1974 et 1977, publié sous le nom de « la Révélation d’Arès ». Ce Message a toutefois été altéré par des ajouts mis entre parenthèses et des manipulations de la main du témoin Michel Potay.

Nous nous efforçons de lire la Parole, Pure de toutes ces ingérences humaines, comme la Parole Elle-Même nous demande de La lire, et que la Parole Elle-Même nomme « Le Bon Livre ».

 

L’enseignement par les paraboles dans les Messages Divins

On rappelle une notion importante :

Les Messages Divins utilisent des mots de notre monde pour exprimer des notions spirituelles qui dépassent notre compréhension limitée. Ces mots sont expliqués par diverses paraboles.

Quelle intelligence d’homme, faible lumignon, peut comprendre cela ? (5) Mais Je lui ai donné assez de force pour qu’elle comprenne en parabole (32/6)

Chaque mot a une définition spirituelle propre à la Parole Divine. Cette définition se trouve dans la Parole Elle-Même, de manière plus ou moins évidente.

Par exemple: L’Eau sur Quoi glisse l’âme comme une voile ne vient pas du ciel au-dessus de toi, mais des Cieux Qui sont Mon Séjour. (20/4) Donc l’Eau et les Cieux ne sont pas ceux que l’on connaît. Il nous faut chercher leur sens dans la Parole.

Plusieurs paraboles différentes, avec une thématique variée, sont utilisées dans la Parole pour exprimer la même chose, chaque parabole apportant toutefois des détails supplémentaires et de nouvelles perspectives qui approfondissent la compréhension. (Voir article et vidéo Le Langage Divin)

 

Les Hommes du temps qui vient

S’ils ne pèchent plus, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la pénitence, ils sont des Hommes du temps qui vient (30/13)

Pour comprendre cette définition des Hommes du temps qui vient, telle qu’apportée par la Parole, il faut d’abord comprendre chacun des termes qui compose la phrase, notamment : pécher, pénitence, et entrer dans la pénitence.

Ces mots n’ont pas le sens habituel et formaté qu’on leur connaît. La Parole leur donne une définition qui Lui est propre, et Son Langage Divin ouvre à une nouvelle voie spirituelle.

 

Le sujet  «Les Hommes du Temps Qui Vient» est réparti sur 3 thèmes fortement liées:

1/3 – Le Péché

2/3 – La Pénitence

3/3 – Le pécheur pénitent

Une vidéo pour chacun de ces thèmes est disponible sur la chaine Youtube de Al Abdals / Droits changeurs.

 

1/3 : Le Péché

2 versets, en apparence troublants

Je ne pardonne pas les péchés; Mon Salut n’est pas au bout du pardon, mais au bout de la pénitence; Je ne pardonne pas le pécheur; Ma Volonté est qu’il cesse d’être pécheur. (30/10)

À ceux qui n’ont pas reçu Ma Parole, qui ne connaissent pas leur faute, à ceux qui ont été scandalisés aussi il sera pardonné, mais à ceux qui ont reçu Ma Parole, qui connaissent leur désobéissance, il est demandé de se convertir à Ma Parole, de ne plus pécher. (30/12)

L’Homme n’est pas parfait et commet forcément des erreurs. Si les péchés ne sont pas pardonnés, n’aurait-il donc pas le droit au Pardon ?

Ceux qui ont reçu la Parole n’ont pas le droit de commettre des fautes, alors que ceux qui ne L’ont pas reçue seront pardonnés? Alors qu’aujourd’hui, tout le monde sait reconnaître le bien du mal, y compris ceux qui n’ont pas reçu la Parole.

À première vue, ces versets paraissent injustes et contradictoires.

La Parole de Dieu ne peut être ni contradictoire, ni injuste. C’est notre compréhension erronée qui La rend ainsi à nos yeux voilés.

Alors, essayons de voir à travers le voile, libérons-nous des sens habituels et formatés des mots, afin de rechercher leur Vrai Sens dans la Parole. Dans le cas de ces versets, tout s’éclaircit quand on comprend le véritable sens du mot «pécher» .

 

Déjà, ces 2 versets nous renseignent sur 2 faits :

1- Dieu ne pardonne pas « les péchés »

2- Dieu pardonne ceux qui n’ont pas reçu Ma Parole

Un verset ne pouvant pas contredire l’autre, une conclusion s’ouvre à nous :

Ceux qui n’ont pas reçu Ma Parole ne commettent pas de péché.

Ceci confirme que le péché n’a pas le sens qu’on lui connaît.

Il ne s’agit plus de transgresser les 10 commandements , ou de commettre un des 7 péchés capitaux, ou plus habituellement de commettre des fautes contre le prochain.

Ces notions ont déjà été enseignées et acquises grâces aux Messages précédents de la 1ère genèse. Dans le nouveau Message qui ouvre la porte de la 2ème genèse, la 2ème création, les mots reprennent leurs sens spirituels, traçant ainsi le passage à une connaissance plus élevée, à un nouveau stade d’évolution.

Ainsi, ces versets informent que, dans le Langage Divin, « le péché » ne peut être commis qu’après avoir reçu la Parole.

Le péché est donc en rapport direct avec la Parole.

 

Qu’est-ce que le péché selon la Parole ?

Observons ce verset attentivement:

À ceux qui n’ont pas reçu Ma Parole, qui ne connaissent pas leur faute, à ceux qui ont été scandalisés aussi il sera pardonné, mais à ceux qui ont reçu Ma Parole, qui connaissent leur désobéissance, il est demandé de se convertir à Ma Parole, de ne plus pécher. (30/12)

Ceux qui désobéissent à Ma Parole reçue, doivent arrêter de Lui désobéir.

Pour ce faire, il leur est demandé de se convertir à Ma Parole, de ne plus pécher.

Donc

Ne plus pécher = Se convertir à Ma Parole avec l’objectif de ne plus Lui désobéir

«Se convertir» et «obéir» aussi n’ont plus le sens formaté que l’on connaît, comme on le verra plus loin.

 

Remarque intéressante

Dans les textes en araméen datant du temps de Jésus, le mot utilisé pour «pécher» est «kata» qui signifie littéralement «manquer sa cible, dévier de sa cible».

La traduction en hébreu est «hatta’t» et signifie aussi la même chose.

Donc à ceux qui ont reçu Ma Parole, qui connaissent leur désobéissance à Ma Parole, il leur est demandé de ne plus dévier de Ma Parole.

La cible qu’il ne faut pas manquer est Ma Parole.

Pécher = Manquer Ma Parole = Dévier de Ma Parole

Les traductions en latin ont altéré le sens du mot « pécher ». Elles ont voilé son sens premier de « manquer un objectif important, manquer d’accomplir un but » et ont réorienté son sens vers « commettre quelque chose de répréhensible ». Et cela change beaucoup de chose, y compris la vision spirituelle de l’Humanité.

 

Autre remarque intéressante

Une définition du dictionnaire de «pécher» le confirme également :

Le péché est l’acte conscient par lequel on fait ce qui est interdit par la loi divine.

Or la loi divine de ce Jour est «Ma Parole» qui est la Loi Qui Sera, la Loi Qui Vient :

Ma Parole est la Loi Qui vient (28/7) … Pour cela on tirera de leurs palais et de leurs temples les hypocrites qui ont fait faussement de Ma Parole la loi qui est. Elle est la Loi Qui sera (28/8)

Donc : le péché est l’acte par lequel on fait ce qui est interdit par Ma Parole

Pécher = Désobéir à Ma Parole

Beaucoup t’aimeront; d’autres ne t’aimeront pas; cela ne leur sera pas imputé à péché s’ils obéissent à Ma Parole. (16/3)

Ce verset confirme qu’on ne pèche pas, tant qu’on obéit à Ma Parole.

Donc pour être plus précis, l’objectif recherché est : obéir à Ma Parole.

On rappelle que «obéir» n’a plus le sens formaté que l’on connaît, comme on le verra plus loin.

 

Que signifie « se convertir à Ma Parole » ?

Se convertir vient du latin convertere qui signifie « tourner complètement, retourner totalement » et de conversio qui signifie « retournement, changement de direction ».

Le mot hébreu est choub qui signifie aussi retourner, revenir, faire un revirement.

Se convertir à Ma Parole = retourner totalement à Ma Parole.

Ma Parole = Ma Parole Pure Telle que Dictée.

Juste et doux, tu accompliras Ce Que Je dicte (29/6)

Une Parole avec la moindre altération n’est simplement plus Ma Parole, et devient une parole d’homme:

les Livres de Ma Parole (9) leur langue sera sans artifice; leurs marges seront pures de toute glose, Ma Parole comme un poulain agile courant vers son but, libre du harnais que lui mettent les docteurs, des haies que dressent devant lui les princes du culte, tous ceux qui tirent bénéfice de le dompter et de l’atteler à leur char. (10) Dans le lieu de l’assemblée personne ne se présentera jamais devant les pécheurs pour ajouter sa parole à Ma Parole, pour livrer un enseignement de son cru, son discours sur Ce Que J’ai proclamé. (11) Ma Sagesse Se suffit à Elle-même; Mon Souffle rafraîchit les intelligences.(10/12)

«La Révélation d’Arès» est malheureusement une parole d’homme, d’après la propre définition donnée par la Parole Elle-Même, à cause des gloses et artifices que le témoin a implanté dans la Parole Divine. De plus, la Parole Pure n’est pas libérée au Peuple, à cause de l’harnais du Copyright que le témoin s’est octroyé sur la Parole de Dieu, et qu’il utilise pour empêcher la libre diffusion de la Parole Pure.

 

Le péché originel d’Adame

Le péché d’Adame était justement de blesser Ma Parole.
Adame frappe l’arbre de Parole. Ouvert (1) L’arbre pleure le sang. Le sang sur la tête, la cuisse rouges. (2) Rouges ! Je suis blanc l’Eau. (3) Rouges Adame le fils, et fils et fils, (4) jusqu’à Yèchou percé. (5) Mouhamad lance le fer. (6) Toi, assis sur l’île sèche (xiv/7)
Ce péché de blesser Ma Parole a eu pour conséquence d’entacher Mes Enseignements, ce qui a fait perdre la Voie du Retour aux générations qui ont suivi, et a causé leur égarement jusqu’à maintenant.
Mais la mémoire des hommes est sous le péché comme sous la sécheresse une vallée fertile, tout y dépérit, l’Eau Vive s’évapore (30/2)
Sortir du péché, sortir de la sécheresse, permet de retrouver l’Eau, retrouver «Je Suis».
Je suis blanc l’Eau (xiv/3) Or Voilà où Je suis : Ma Parole (28/3)
Pour sortir du péché, il faut retourner à Ma Parole Pure, pour Me trouver Moi.

 

Que signifie «obéir à Ma Parole» ?

«Obéir» aussi n’a plus le sens qu’on lui connaît.

On sait maintenant qu’obéir à la Parole Pure est le but recherché par toute personne qui

ne pèche plus (= qui s’est convertie à Ma Parole = qui est retournée totalement à la Parole Pure)

Plus tu videras ta tête des sciences vaniteuses, sous Mon Souffle, dans l’éclat de l’Esprit, plus tu discerneras Mes Merveilles; c’est pourquoi J’ai dit : soyez comme les enfants. (8) C’est de la bouche des doux et des petits que partent les flammes qui consumeront les méchants, les faux et les cupides. Obéis-Moi comme un petit enfant, et avec ta descendance tu nettoieras le monde et prépareras Mon Jour. (33/9)

L’obéissance à la Parole requiert donc de d’abord se vider de nos filtres et de nos bagages (connaissances formatées qu’on considère vaniteusement comme des vérités), pour purifier notre mental récepteur du Message. En effet, on ne peut pas obéir à Ma Parole si nos filtres et nos bruits font obstacle à Sa compréhension, voilent le Fond, et nous empêchent de discerner «Mes Merveilles». Soyons comme les enfants, qui n’ont ni bagage, ni attente, mais qui apprennent un nouveau Langage avec émerveillement, avec pour Seul Maître : Dieu, donc Sa Parole Pure.

Il faut donc se nettoyer soi-même de nos bruits intérieurs pour pouvoir obéir à Ma Parole, afin de nettoyer le monde et préparer Mon Jour.

 

On retrouve le verbe « nettoyer » une seule autre fois dans toute la Parole:

Je ne t’envoie pas abolir les assemblées de culte, mais les nettoyer des princes, de leurs prêtres et de leurs docteurs, que Je n’ai pas établis sur elles, les laver des enseignements trompeurs et des pouvoirs illusoires que Je n’ai livrés en aucune main, car Ma Parole seule sauve, Mon Bras seul donne force, Mon Pardon seul absout. (7/4)

Donc obéir à Ma Parole requiert non seulement de se nettoyer de nos bruits intérieurs (nos sciences vaniteuses) mais aussi de se nettoyer des bruits extérieurs.

Obéir à Ma Parole implique de suivre Ma Parole Pure en cherchant à comprendre Son Vrai Fond par soi-même, sans les interférences et interprétations de toutes sortes de princes du culte, de prêtres, de docteurs, ou tout autre personne qui se place en intermédiaire entre Dieu et soi. Ceci nous conduit à se laver soi-même afin de laver le monde de tout enseignement trompeur et de tout pouvoir illusoire.

Ce n’est qu’en se libérant de nos sciences vaniteuses et des pouvoirs illusoires des tiers, qu’on pourra retrouver, par soi-même, le Vrai Message de Ma Parole, et Le suivre vers le Salut. Car Ma Parole Seule Sauve (7/4)

 

«Obéir à Ma Parole» ne veut donc pas dire «suivre des ordres sans se poser de questions».

Au contraire, « Obéir à Ma Parole » implique de se poser toutes les questions nécessaires et de chercher les réponses par soi-même, directement à La Source (dans Ma Parole Pure), afin d’apprendre à distinguer le Vrai des bruits, sortir de notre égarement et trouver la Voie du Salut que Seule Ma Parole montre.

car Moi Seul montre la Voie, et l’envie du Salut est bonne (33/15)

car Ma Parole Seule Sauve (7/4)

Un espace plus long qu’un rayon de soleil va de Jésus au Christ, la distance infinie qui sépare la terre du Ciel, il l’a parcourue, parce qu’il a mis ses pas dans Mes Pas, il ne s’en est jamais écarté, il s’est embrasé de Mon Amour pour l’homme, son frère, et comme une fumée pure il s’est élevé vers Moi; (3) Il a accompli en un an, le temps d’un battement d’ailes, ce que le monde pour son Salut accomplit dans les siècles des siècles. (4) Je l’ai fondu en Moi; J’en ai fait un Dieu; il est devenu Moi. (32/5)

 

Obéir à Ma Parole = Se libérer de nos bruits intérieurs et extérieurs pour savoir écouter la Parole Pure, apprendre à La comprendre et suivre sans écart la Voie qu’Elle montre et qui mène au Salut, qui nous élève vers Dieu.

On comprend pourquoi « obéir à la Parole » est l’objectif à ne pas manquer.

 

Le péché mentionné allégoriquement dans le LIVRE

La définition de « pécher » donnée dans l’Evangile du Bon (1ère partie du Bon Livre*), qu’on vient de relater dans cette présentation, permet ainsi de mieux comprendre les versets suivants du LIVRE (2nde partie du Bon Livre*) :

Écris le Livre, l’œil ouvert ! Couvre ta main, le coucou, sa caresse a le bec ! Sa faim est la mer sans rive, tu ne pêches* pas. (10) Tu ouvres bon Livre enfin. Tu fermes le livre de siècles. (11) Parole de Mikal, Ma Parole ! (i/12)

Le citron à ta dent tu lèches. Ne lèche pas! (17) Le fou dans toi, plante la fourche ! (18) La paille le lit de coucou. (xxxiii/19)

*Tu ne pèches pas = tu protèges ta main du fou dans toi, tu ouvres Bon Livre enfin et tu fermes le livre de siècle = tu fais le travail de te vider la tête de tes bagages vaniteux, tu te convertis à Ma Parole Pure et tu cesses de t’En dévier

 

*On rappelle que Le Bon Livre est le dernier Message descendu, pur de tout artifice et tout ajout d’homme, y compris du témoin. Le Bon Livre est la Parole Telle Que Dictée, Telle Que Proclamée par Dieu (10/11).

La version publiée par le témoin sous le nom de « la Révélation d’Arès » inclut des gloses en marges et des ajouts entre parenthèses de la main du témoin. Pour lire Le Bon Livre, Tel que Défini par la Parole Elle-Même, lis le Message sans ces artifices.

Car le Message Pur n’est malheureusement pas disponible à cause du Copyright que le témoin s’est octroyé sur la Parole de Dieu. Toute tentative de publier la Parole Pure a été barrée par le témoin lui-même et ses avocats. On lui souhaite de réussir à planter la fourche au fou dans lui (xxxiii/19) et à ouvrir le Bon Livre enfin!

 

Qu’est-ce que le « livre de siècle »?

Tu comprends qui compte fait le livre de siècles. Donne bon Livre ! Un. (iv/11)

Ferme le livre de siècles, tu comptes le bruit de bouche devant le livre ! (15) Ouvre bon Livre ! (ii/16)

 

Qui compte fait le livre de siècles. Tu comptes, donc tu fais le livres de siècles.

Arrête le bruit de bouche devant le livre! Ferme le livre de siècles que tu as fait!

Ouvre Bon Livre!

Donne Bon Livre, Un ! (Abandonne Ma Parole Pure au Peuple ! (3/7))

 

Concernant le témoin, le livre de siècle qu’il a fait est le livre publié intitulé «la Révélation d’Arès», où il a inséré ses bruits d’homme à la Parole de Dieu (altération de certains des mots dictés par Dieu, des ajouts entre parenthèses partout dans LE LIVRE, des gloses dans les marges, des ponctuations changeantes qui changent le sens des phrases).

 

Résumons

Pécher = Dévier de Ma Parole = manquer Ma Parole

Ne plus pécher = se convertir à Ma Parole = Retourner à la Parole Pure Telle Qu’Elle fut Dictée par Dieu

 

Or Ma Parole Seule Sauve (7/4)

Pécher = Manquer la Voie du Salut

Ne plus pécher = Retourner à la Voie du Salut pour La suivre

 

Ainsi, «pécher» n’a plus le sens habituel de «commettre un acte répréhensible», mais a plutôt le sens de «manquer de faire quelque chose de nécessaire».

Et là ça change toute notre perspective !

Si «pécher» c’est manquer de faire un travail nécessaire, donc pour «ne plus pécher» il suffirait simplement de commencer à faire ce travail.

 

Tout démarre donc par Ma Parole Pure

Pour conclure, récupérer la Parole Pure c’est déjà s’attaquer à la racine du mal.

En faisant cela, on ouvre la voie à la sortie du péché, à la découverte du Fond de la Parole, au Salut et au Retour à Moi.

Empêcher l’accès à la Parole Pure, c’est servir le tentateur dont le but est justement d’empêcher l’ascension qui mène au Retour.

À ceux qui aiment le plaisir et les biens le tentateur dit : «Restez dans la vallée grasse, dans les aises de vos maisons ! {…} si brèves sont vos joies, les échangerez-vous contre les peines d’une folle ascension {…} »  (26/4)

 

Comment la Parole Sauve-t-Elle ?

S’ils ne pèchent plus, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la pénitence, ils sont des Hommes du temps qui vient. (30/13)

 

Ne plus pécher = Retourner à Ma Parole Pure = Entrer dans la Pénitence

Et la pénitence est le travail qui mène au Salut :

 

Je ne pardonne pas les péchés; Mon Salut n’est pas au bout du pardon, mais au bout de la pénitence; Je ne pardonne pas le pécheur; Ma Volonté est qu’il cesse d’être pécheur (30/10)

Prier n’est pas mendier, Mon Salut n’est pas une aumône, mais le salaire du pénitent, la soumission à Ma Volonté (35/2)

Ma Parole Seule Sauve (7/4)

Donc la pénitence est un travail qui se fait par rapport à la Parole et dont le salaire est le Salut.

Pour comprendre comment la Parole sauve, on doit donc chercher le sens de « Pénitence » selon la Parole. Voir la partie 2/3 : la Pénitence.

 

Conclusion

Les Hommes du temps qui vient sont ceux qui ne pèchent plus, ceux qui se convertissent à Ma Parole Pure dans l’objectif de ne plus s’En écarter,

qui ont donc décidé de suivre la Voie du Salut et qui

entrent alors dans la pénitence

Qu’est-ce que la Pénitence selon La Parole ?

2/3 : La Pénitence

Qu’est-ce que la pénitence selon la Parole ?

– S’ils ne pèchent plus, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la pénitence (30/13)

– Il n’abandonne aucun pécheur dans sa pénitence; tous Il les fortifie dans leur ascension (25/6)

  Mon Salut n’est pas au bout du pardon, mais au bout de la pénitence (30/10)

 

La Pénitence est un processus d’ascension, dans lequel on entre, et au bout duquel on atteint Mon Salut

Faire la Pénitence

Quiconque pèche contre Moi, mais entre en pénitence, sans doute tous encore, est ordonné à faire Mémoire de Mon Sacrifice, à toucher et manger Mon Corps et Mon Sang (6) dans l’affliction du repentir, dans l’espérance de Ma Miséricorde et de la guérison de Mes Plaies (8/7)

De même les fidèles mangent avec indifférence le Pain descendu du Ciel, ils L’avalent sans Le regarder, parce que leurs cœurs sont agités. (3) Réveille la pénitence en eux pour qu‘ils consomment Ma Chair et Mon Sang dans l’affliction du repentir. (36/4)

son voile sera fermé six jours sur sept, tant qu’on fera Mémoire de Mon Sacrifice, tant qu’on fera pénitence (10/6)

 

Faire Pénitence = Faire Mémoire de Mon Sacrifice = Toucher et manger Mon Corps et Mon Sang = Consomment Ma Chair et Mon Sang dans l’affliction du repentir

 

Que veut dire Faire Mémoire de Mon Sacrifice / toucher et manger Mon Corps et Mon Sang / Consommer Ma Chair et Mon Sang

Rappelons que Dieu parle par Jésus dans l’Evangile du Bon.

J’ai parlé par Jésus et Je parle encore par lui à toi aujourd’hui. (2/15)

Donc, qu’est-ce que Mon Corps, Ma Chair et Mon Sang ?

 

La Parabole de Mon Corps, Ma Chair et Mon Sang

L’Eau sur Quoi glisse l’âme comme une voile ne vient pas du ciel au-dessus de toi, mais des Cieux Qui sont Mon Séjour (20/4) ; Voilà où Je suis : Ma Parole (28/3)

Ces versets informent que Dieu réside dans les Cieux qui sont Ma Parole

De même les fidèles mangent avec indifférence le Pain descendu du Ciel, ils L’avalent sans Le regarder, parce que leurs cœurs sont agités. (3) Réveille la pénitence en eux pour qu’ils consomment Ma Chair et Mon Sang dans l’affliction du repentir. (4) Mais tiens compte de leur faiblesse immense : qu’ils sursoient à Mon Repas dès qu’ils sont rassasiés; et que la faim du repentir qui est la faim de Mon Pain les amène à Ma Table ! (5) Le pécheur entêté n’a jamais faim de Moi (36/6)

Ces versets informent que Mon Pain = Moi = Ma Chair et Mon Sang

Le Pain qui provient de Ma Parole (Ciel) = Le Fond de Ma Parole = Moi qui séjourne dans Ma Parole

Ma Chair et Mon Sang sont dans Mon Corps, donc Mon Corps = Ma Parole

En effet, ce que Dieu nous livre est bien Sa Parole.

Mon Corps transpercé, le Sang versé de Mes Plaies, Je Les livre aux regards et aux mains de tous les pénitents, tant que tous pécheront contre Moi (8/4)

Donc Mon Corps transpercé, le sang versé de Mes Plaies = Ma Parole blessée, et Son Fond perdu/altéré, à cause de ces blessures.

Cela fait écho au verset : Adame frappe l’arbre de Parole. Ouvert! (1) L’arbre pleure le sang. Le sang sur la tête, la cuisse rouges. (2) Rouges ! Je suis blanc l’Eau. (xiv/3)

 

Comment blesse-t-on Ma Parole ?

En La manipulant (10/10-11) (16/12) (32/10) (35/12), en L’attelant à nos opinions et nos objectifs personnels (10/10), en limitant Sa diffusion (2/18), en L’ignorant ou en La transgressant (28/27), en La lisant sans chercher à La comprendre (35/6) (39/9).

Honorer Ma Parole reçue, c’est avant tout préserver Sa Pureté totale et Son Intégrité. L’abandonner à toute l’humanité, La Lire Pure et chercher à comprendre Son Message en ne suivant que les indications de Ma Parole Elle-Même, qui nous aident à se vider la tête de tous les bruits dus à nos filtres personnels et aux interférences de tiers, afin d’éviter les pièges de l’interprétation qui brouillent Sa Vraie Compréhension.

 

Que signifie donc « faire Pénitence » ?

De même les fidèles mangent avec indifférence le Pain descendu du Ciel, ils L’avalent sans Le regarder, parce que leurs cœurs sont agités. (3) Réveille la pénitence en eux pour qu’ils consomment Ma Chair et Mon Sang dans l’affliction du repentir. (36/4)

Mais cette nourriture ne la sauvera pas malgré elle, car l’oiseau peut avaler la graine et, malade ou glouton, la rejeter sans profit. (13/3)

On a vu que :

le Pain descendu du Ciel = Le Fond (Pain) qui se dévoile de Ma Parole (Ciel)

= Moi Qui Séjourne dans Ma Parole = Ma Chair et Mon Sang dans Mon Corps

Réveille la pénitence en eux = Réveille en eux la volonté de chercher à regarder le Pain descendu du Ciel pour qu’ils Le consomment au lieu de L’avaler sans Le regarder

= Réveille en eux la volonté d’entamer la Voie de l’ascension

 

Donc la Pénitence est le travail volontaire de «regarder» le Fond de Ma Parole dans le but de de s’En nourrir. Cette nourriture mène au Salut

 

Mais tiens compte de leur faiblesse immense : qu’ils sursoient à Mon Repas dès qu’ils sont rassasiés; et que la faim du repentir qui est la faim de Mon Pain les amène à Ma Table ! (5) Le pécheur entêté n’a jamais faim de Moi (36/6)

Faim du repentir = Faim de Mon Pain = Faim de Moi

Dieu tient compte de notre faiblesse humaine, qui façonne notre évolution en onde (Adame va l’onde la main à Ma Main (xxxv/19)). On peut donc reporter (sursoient à) Son Repas dès qu’on est rassasié, mais Dieu demande qu’on ait faim de Lui, et qu’on revienne toujours à Sa Table, pour continuer notre ascension, notre pénitence. C’est une ascension en onde. L’important est de revenir toujours à Sa Table, ne pas cesser le travail de pénitence, d’avancer.

Être dans la pénitence c’est donc être dans la recherche continuelle de la compréhension du Fond de la Parole Dictée pour s’En nourrir = La faim insatiable du Pain descendu du Ciel, qu’on doit bien regarder pour bien Le consommer = La faim perpétuelle de Me chercher Moi dans Ma Parole = L’ascension continue sur la Voie du Retour à Moi.

 

Comment « entrer en Pénitence » ?

On a vu dans la partie (1/4) que Ne plus pécher = Retourner à la Parole Pure = Entrer en Pénitence

Le verset suivant le confirme également :

Le Christ n’écoute pas les aveux des pécheurs, Il les appelle à la pénitence, Il attend qu’ils ne pèchent plus, Il leur montre Ses Plaies sanglantes, Ses Sarments blessés étendus devant eux pour qu‘ils Les pansent, pour que Mon Jour illumine le Ciel au-dessus d’eux. (30/16)

Il les appelle à la pénitence pour qu’ils entrent en pénitence = Il attend qu’ils ne pèchent plus = il leur montre Ses Plaies Sanglantes, Ses Sarments blessés pour qu’ils Les pansent

Or on a vu que Mes Plaies = Les Plaies infligées à Mon Corps = Les Plaies infligées à Ma Parole

Donc

Entrer en Pénitence = Ne plus pécher = Panser Mes Plaies Sanglantes, Mes Sarments Blessés = Panser les blessures de la Parole = Libérer la Parole de tout artifice, de toute glose, de toute parole d’homme = Retourner à la Parole Pure

 

Trouver l’entrée de la Pénitence pour entamer l’ascension

Pour sortir de notre errance, on doit trouver l’Entrée de la Pénitence = Retrouver à la Parole Pure afin de commencer l’ascension sur la Voie du Salut.

Pour avancer sur la Voie du Salut, on doit faire Pénitence = Retrouver le Fond de la Parole Pure.

Sans le retour à la Parole Pure, on n’entre pas en Pénitence.

Comme la vigne Je M‘enracine dans ta génération; déjà des bons sarments se sont étendus au-dessus des steppes, où l’on ne prononce pas Mon Nom. (1) Mes Sarments qui ombragent les vallées où l’on invoque Mon Nom en brûlant l’encens sont blessés parce que sous leur ombre on n’entre pas en pénitence. (31/2)

Mes Sarments sont blessés parce qu’on n’entre pas en pénitence.

L’entrée en pénitence (= Retour à la Parole Pure) donne les bons Sarments de la vigne

Mes Sarments blessés de Mes Plaies ne donnent pas de fruits; le Père les taille; s’ils repoussent blessés de Mes Plaies, Il les taille encore. (30/7)

Les Sarments Blessés sont ceux poussés de Mes Plaies, et ne peuvent pas donner de fruit.

Une Parole biaisée ne peut pas donner de bons Sarments, ni de fruit, mais au contraire, elle engendrera plus de Sarments blessés qui éloignent encore plus de la Guérison de Mes Plaies.

 

Pourquoi « faire Pénitence » ?

Quiconque pèche contre Moi, mais entre en pénitence, sans doute tous encore, est ordonné à faire Mémoire de Mon Sacrifice, à toucher et manger Mon Corps et Mon Sang (6) dans l’affliction du repentir, dans l’espérance de Ma Miséricorde et de la guérison de Mes Plaies (7) – que disparaisse le péché pour qu’il ne reste plus trace de Mes Plaies (8/8)

quand guériront-ils Mes Plaies en entrant en pénitence ? (33/13)

Ainsi, l’entrée en Pénitence entame le processus de Guérison de Mes Plaies, car en retournant à Ma Parole Pure on panse Mes Plaies, Mes Sarments Blessés.

En effet, pour guérir une Plaie, il faut d’abord La panser.

La Guérison est ensuite un processus qui se fait au fur et à mesure qu’on avance dans notre Pénitence, notre ascension vers Mon Salut.

Jusqu’à ce que même les traces de Mes Plaies disparaissent.

C’est pourquoi Mon Salut est au bout de la Pénitence.

 

Mon Salut est au bout de la Pénitence

Je ne pardonne pas les péchés; Mon Salut n’est pas au bout du pardon, mais au bout de la pénitence; Je ne pardonne pas le pécheur; Ma Volonté est qu’il cesse d’être pécheur (30/10)

Pour arriver à Mon Salut = la Guérison de Mes Plaies, on doit faire le travail de Pénitence = la recherche continue du Fond de la Parole Pure, afin de retrouver le Fond qui a été enfouie sous les bruits d’hommes, à cause de ces Plaies et des enseignements trompeurs qui en ont découlés.

Prier n’est pas mendier, Mon Salut n’est pas une aumône, mais le salaire du pénitent, la soumission à Ma Volonté (35/2).

On ne peut pas rester passif dans la lecture de la Parole, car le Fond ne viendra pas par magie. Le Salut est bien le salaire d’un travail de pénitence qui se fait dans la Parole.

tu défendras les affligés contre le mal et les méchants, contre la magie et les devins, car le travail est bon à l’ouvrier et il en reçoit son salaire. (16/8)

La 2ème partie du Bon Livre, descendue en langage « lapidaire », invite à chercher à comprendre Son Langage, et permet ainsi une relecture profonde de la 1ère partie du Bon Livre, descendue en langage courant, où la présence de ce Langage Divin était moins évidente, justement.

 

L’effort devient une joie au bout de la Pénitence

Ai-Je fixé un prix à Mon Salut ? Ne l’ai-Je pas livré à tous pour la peine d’une pénitence qui est une joie pour les hommes pieux (28/25)        Prononcer Ma Parole pour L’accomplir, voilà la vraie piété. (35/6)

 

Mais ceux qui goûteront jusqu’au bout du bonheur à leur peine, dont l’ardeur et la piété ne failliront pas, J’en ferai une constellation éclatante sur Mes Hauteurs Sacrées, il y aura un temps pour leur peine et une éternité pour leur gloire. (37/9)

Le travail de Pénitence (= la recherche du Fond de la Parole Pure) commence par l’effort. Cet effort réalisé continuellement (en revenant toujours à Ma Table), devient une habitude qui prend une place importante dans le cœur. On est au bout de la Pénitence quand l’effort devient une joie. On entre alors dans Mon Salut.

 

Mon Salut commence dès ce monde. (35/10)

Le temps est venu où Ma Parole s’accomplit. (28/14)

 

Le processus de la Pénitence

Comment dénouer Ma Parole (= faire Pénitence) sans se laisser déjouer par nos bruits intérieurs et extérieurs?

Comment trouver Sa Compréhension sans tomber dans les pièges de l’interprétation ?

 

Tout est dans la Parole Pure

Tout est dans la Parole Pure, y compris la méthode pour La comprendre.

Pour avoir accès à Sa Compréhension, il faut apprendre Son Langage.

Quelle intelligence d’homme, faible lumignon, peut comprendre cela ? (5) Mais Je lui ai donné assez de force pour qu’elle comprenne en parabole (32/6)

Je te livre un langage qui lui donnera l’intelligence (23/4)

Pour apprendre Son Langage, il faut d’abord se vider la tête de tout nos formatages des enseignements passés, toute connaissance qu’on considère vaniteusement comme des vérités, tout ce qui fait obstacle à l’apprentissage. Il nous faut devenir comme les enfants qui apprennent sans préjugés et sans attentes particulières, mais simplement dans l’émerveillement de la découverte.

Plus tu videras ta tête des sciences vaniteuses, sous Mon Souffle, dans l’éclat de l’Esprit, plus tu discerneras Mes Merveilles; c’est pourquoi J’ai dit : soyez comme les enfants. (33/8)

Pour se vider la tête du faux, il faut chercher le vrai. En cherchant uniquement à La Source on se libère des interférences des intermédiaires et des filtres.

personne ne se présentera jamais devant les pécheurs pour ajouter sa parole à Ma Parole, pour livrer un enseignement de son cru, son discours sur Ce Que J’ai proclamé. (11) Ma Sagesse Se suffit à Elle-même; Mon Souffle rafraîchit les intelligences. (10/12)

 

Comment concrètement faire Pénitence

Voici une méthode parmi d’autres :

Le Message Tel Que Prononcé par La Source Est Parfait.

Toute incohérence apparente est un signe qu’il nous faut se libérer d’un nœud, d’un formatage erroné, d’une science vaniteuse, se laver d’enseignements trompeurs encore ancrés en nous.

Écouter ce signe, et chercher, grâce à La Parole, à dénouer ce nœud, à se libérer des sens formaté des mots qui forment ce nœud, pour chercher leurs véritables sens tel que la Parole Elle-Même les définit (en parcourant tous les versets qui contiennent ces mots, par exemple, ou en cherchant l’étymologie d’origine des mots, en tenant compte des correspondances sonores des mots car la Parole a été entendue, etc…).

Seule la Parole Pure donne et confirme leur véritable compréhension.

Plus on dénoue les nœuds, plus on dévoile les véritables sens des mots, plus on comprend le Langage de la Parole Divine, plus cela devient facile de dénouer d’autres nœuds. Cela commence bien par un effort, et devient au fur et à mesure une joie. (28/25)

 

Remarque

Les femmes ne feront pas Mémoire de Mon Sacrifice, parce qu’elles ne M’ont pas condamné; quelle pénitence feraient-elles d’un crime qui n’est pas le leur ? (9/1)

On sait que la pénitence est un processus pour sortir du crime de la condamnation de Dieu, le crime de condamner Sa Parole tant qu’on ne restitue pas Sa Pureté et qu’on ne cherche pas à La comprendre pour L’accomplir.

On condamne Dieu en se laissant dévier par une parole biaisée ou des enseignements trompeurs, car ceux-ci ne permettent pas Sa Résurrection en nous.

Le terme « les femmes » dans la Parole a une définition précise, propre à la Parole, tout comme « les hommes », « les frères », qui englobent le masculin et le féminin. Ces termes désignent des étapes atteintes dans l’évolution spirituelle sur la Voie du Retour.

Rappelons que la Parole apporte un Langage nouveau, et qu’on doit se libérer des définitions habituelles, pour comprendre le sens profond des mots selon la Parole.

La définition de « femme » selon la Parole est donc à approfondir, mais pour l’instant, ce verset apporte déjà les indices suivants :

Ce verset informe que:

Femmes = ceux et celles qui ne condamnent pas Dieu, qui ne commettent pas le crime de blesser la Parole de Dieu, qui préservent la Pureté de la Parole, et qui ont trouvé le Fond de la Parole qui aboutit à Mon Salut. Ils n’ont donc pas à faire Mémoire de Mon Sacrifice, ils n’ont pas à faire Pénitence.

S’ils ne s’écartent pas de cette Voie, ils témoignent alors du Retour.

Quand Mes Témoins étaient retombés dans le péché, ne furent-elles pas seules à résister au tentateur, à rendre témoignage de Ma Résurrection ? (9/3)

Un article plus détaillé sur le mot « femme » est prévu prochainement.

 

Résumons

Entrer en Pénitence = Panser Mes Plaies = Panser les blessures externes, apparentes, de Mon Corps = Récupérer la Parole Pure Dictée libre de toute altération de main d’homme

Faire Pénitence = Guérir Mes Plaies = La guérison interne de Ma Chair = Retrouver le Fond de Ma Parole Pure, libre de tout bruit d’homme = Chercher le Fond de la Parole Pure, en se libérant de nos acquis, de nos filtres et des influences des tiers, laver nos têtes afin qu’elles puissent recevoir le nouveau Langage de la Parole, un Langage d’une dimension plus élevée. Le but étant de s’En nourrir au fur et à mesure, donc de s’En imprégner. On devient bien ce qu’on mange!

En persévérant dans la Pénitence, on s’élève, on avance sur la Voie qui mène au Salut.

Tout ce qui nous est demandé est de faire ce travail de recherche du Fond dans la Parole Pure, avec persévérance, et le reste viendra tout seul, les portes s’ouvriront d’elles-mêmes au fur et à mesure de notre ascension.

 

Conclusion

Pour atteindre le Salut, il faut avant tout retourner à la Parole Pure pour panser Ses Plaies, puis rechercher Son Fond afin de La guérir en rétablissant Son Vrai Sens, qu’on a perdu à cause des Blessures infligées à la Parole au fil des siècles et même aujourd’hui, et à causes des bruits qu’on a amassés dans nos têtes et nos cœurs au fil des générations et qui voilent encore Son Véritable Message.

En cherchant à La Comprendre, on sauve la Parole en se sauvant soi-même de nos bruits et de nos chaînes, et vis-versa.

Notre propre salut est rattaché au salut de la Parole, au Salut de Dieu (Mon Salut)

Aujourd’hui, on a la grande chance de pouvoir distinguer la Parole Pure que Dieu a Dictée en 1974 et 1977, des altérations d’homme faites par le témoin. Pour cela, il te suffit:

d’épurer la Parole de tous les mots entre parenthèses ajoutés par le témoin, afin de La lire Telle Que Dictée (29/6), Telle Que proclamée par Dieu (10/11).

de nettoyer la Parole des gloses que le témoin a insérées en marge, qui confinent et détournent notre lecture (10/10), nous disant ce qu’on doit comprendre au lieu d’entendre ce que la Parole dit (3/7-8). Car on doit lire la Parole comme les enfants qui apprennent sans préjugés, sans sciences vaniteuses, sans filtres et sans limitations. (33/8)

de lire les veillées et théophanies en entier, sans division en chapitres et versets (15/6) et sans ponctuations définies, car ces divisions ont été faites par le témoin pour «faciliter la lecture», mais peuvent aussi orienter la lecture, la limiter ou même la détourner.

de repérer les silences non pris en compte et les mots altérés par le témoin, d’après ses propres notes publiées dans les premières éditions.

-Donc de libérer la Parole de tout artifice fait de main d’homme.

Grâce à cette distinction, il est facile aujourd’hui plus que jamais

de ne plus pécher = de retourner à la Parole Pure = d’entrer en Pénitence

pour enfin entreprendre l’ascension vers le Salut = faire Pénitence = retrouver le Fond de la Parole Pure et s’en nourrir pour s’élever vers « Moi »

3/3 : Le pécheur pénitent

Ces versets affirment que le pénitent est celui qui ne pèche plus :

Le pénitent n’est pas le pécheur qui s’assied dans la poussière, qui se couvre d’un sac, mais l’homme qui cesse de pécher (30/11) ; S’ils ne pèchent plus, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la pénitence, ils sont des hommes du temps qui vient. (30/13)

Alors que ces versets parlent de pécheur pénitent :

la multitude n’a pas engendré un seul pécheur pénitent à moins que Je ne l’aie abattu de force dans la honte (12/9) ; Il n’abandonne aucun pécheur dans sa pénitence; tous Il les fortifie dans leur ascension (25/6)

Comment peut-on être pécheur même dans la Pénitence, alors que le pénitent est l’homme qui ne pèche plus? Y a-t-il une contradiction?

Non. La Parole Pure de Dieu ne pouvant être que parfaite, tout semblant de contradiction est un indice, un appel à chercher plus loin, à vider nos têtes de nos acquis vaniteux, à ouvrir notre vision et à approfondir notre compréhension.

 

Le pénitent qui ne pèche plus, pèche encore contre Moi

On a vu que «ne plus pécher» (= retourner à Ma Parole Pure) marque l’entrée dans la Pénitence.

Mais les versets (8/4)(8/7) suivants indiquent que le Pénitent, entré en Pénitence, pèche encore contre Moi.

Quelle est la différence entre «pécher» et «pécher contre Moi» ?

 

Quiconque pèche contre Moi, mais entre en pénitence, sans doute tous encore, est ordonné à faire Mémoire de Mon Sacrifice, à toucher et manger Mon Corps et Mon Sang (6) dans l’affliction du repentir, dans l’espérance de Ma Miséricorde et de la guérison de Mes Plaies (8/7), donc jusqu’à ce qu’on ne pèche plus contre Moi.

 

Donc pour ne plus pécher contre Moi, il faut remplir toutes ces conditions:

entrer en pénitence + faire Mémoire de Mon Sacrifice, toucher et manger Mon Corps et Mon Sang = ne plus pécher + faire Pénitence

Donc pour ne plus pécher contre Moi, il ne suffit pas d’entrer en pénitence (= ne plus pécher = retourner à Ma Parole Pure), mais il faut aussi se nourrir de Mon Corps et Mon Sang (= faire Pénitence = rechercher le Fond de Ma Parole pour s’En nourrir).

C’est pourquoi on est pécheur même dans la pénitence, car on pèche encore contre Moi.

 

La Parabole de Mon Corps et Mon Sang

En effet, on a vu que :

Dieu réside dans les Cieux qui sont Ma Parole

Le Pain descendu du Ciel = Le Pain qui provient de Ma Parole = Le Fond de Ma Parole = Moi qui séjourne dans Ma Parole

Et Mon Pain = Moi = Ma Chair et Mon Sang

Ma Chair et Mon Sang sont dans Mon Corps, Mon Corps = Ma Parole

Mon Corps transpercé, le sang versé de Mes Plaies (8/4) = Ma Parole blessée, et Son Fond perdu, altéré à cause de ces blessures

Ne plus pécher contre Moi = Retourner à Ma Parole Pure et rechercher Son fond pour s’En nourrir

 

Le pénitent pèche encore contre Moi

Mon Corps transpercé, le Sang versé de Mes Plaies, Je Les livre aux regards et aux mains de tous les pénitents, tant que tous pécheront contre Moi (4) comme on montre leur crime aux parricides (8/5) donc jusqu’à ce qu’ils ne pèchent plus contre Moi.

Les pénitents, donc ceux qui ne pèchent plus, ceux qui se sont convertis à Ma Parole Pure, doivent encore regarder (aux regards) + agir (aux mains) pour ne plus pécher contre Moi.

S’ils se contentent de regarder sans agir, ils pèchent encore contre Moi.

 

En regardant (aux regards)

En agissant (aux mains)

Regarder le Pain descendu du Ciel = voir le Fond de Ma Parole

Les pénitents = ceux qui sont entrés en pénitence = qui se sont convertis à la Parole Pure Telle Que Dictée, qui sont retournés à la Parole Pure Telle qu’Elle fut proclamée par Dieu, Telle qu’Il nous a demandé de La prononcer, sans gloses, ni artifices, ni ajouts d’aucun homme. (10/10)

Les pénitents doivent encore regarder Son Fond (le Pain), afin de s’En nourrir, au lieu de L’avaler sans Le regarder. Pour cela, il faut Le rechercher dans la Parole.

Toucher et manger Mon Corps (Ma Parole) et Mon Sang (Son Fond)

Les pénitents en recherche du Fond de la Parole Pure, doivent s’En nourrir, L’intégrer dans leur esprit pour évoluer sur la Voie du Retour.

L’homme une main mange, une main donne. Mes Mains donnent. (xxviii/18)

Les pénitents doivent ensuite partager ce qu’ils ont trouvé en suivant les seules indications de la Parole Pure.

Leur travaux ne sont pas Parole de Dieu, mais ont un rôle d’entre-aide dans l’ascension.

Il revient à chacun de rester vigilant, et de discerner où Je Suis et où Je ne Suis pas, en se référant toujours à la Parole Pure.

Pécher et Pécher contre Moi

Il y a donc 2 sortes de façons de pécher (= dévier de Ma Parole)

Pécher = Pécher contre Ma Parole Dictée (altérer ou supprimer ou insérer des mots y compris entre-parenthèses, jouer avec les ponctuations, les divisions en chapitres et en versets pour orienter le sens de Ma Parole, ignorer Ma Parole Pure et se tourner vers des paroles d’homme) -> dévier de Ma Parole Pure

Pécher contre Moi = Pécher contre le Fond de Ma Parole (ne pas rechercher et ne pas partager Son Fond, interpréter selon nos croyances ou nos filtres, au lieu de faire le travail de se vider la tête afin d’apprendre le Seul Langage de Ma Parole) -> dévier du Fond de Ma Parole Pure

Certes le chemin vers le Salut commence avec le retour à Ma Parole Pure sans laquelle on pèche contre Ma Parole Dictée et on pèche contre Moi.

Toutefois, si le retour à Ma Parole Pure n’est pas accompagné du travail de recherche de Son Fond et du partage, on pèche encore contre Moi.

 

Ma Volonté est qu’il cesse d’être pécheur

Cesser d’être pécheur = cesser de pécher + cesser de pécher contre Moi

– Je ne pardonne pas les péchés; Mon Salut n’est pas au bout du pardon, mais au bout de la pénitence; Je ne pardonne pas le pécheur; Ma Volonté est qu’il cesse d’être pécheur. (30/10)

– Car Ma Parole Seule Sauve (7/4)

Ma Volonté Qui sauve (7/5)

Ma Volonté est qu’il cesse d’être pécheur = qu’il cesse de pécher (entre en pénitence) et qu’il cesse de pécher contre Moi (va au bout de la pénitence) = qu’il se convertisse à Ma Parole Pure et qu’il cherche inlassablement Son Fond et s’En nourrisse.

L’obéissance à Ma Parole

= La soumission à Ma Volonté

= Ne plus être pécheur

= Ne plus dévier de Ma Parole Pure et ne plus dévier de Son Fond

= Suivre la Voie vers le Salut sans écart

= l’objectif visé par tout pénitent

Prier n’est pas mendier, Mon Salut n’est pas une aumône, mais le salaire du pénitent,

la soumission à Ma Volonté (35/2)

 

Résumons

Pécher = Dévier de Ma Parole Pure

Pécher contre Moi = Dévier de Son Fond

Le péché = Pécher et pécher contre Moi = Pécher contre Ma Parole Dictée et pécher contre Son Fond

Le pécheur = Tout personne qui pèche et/ou qui pèche contre Moi = Toute personne qui dévie de Ma Parole Dictée et/ou qui dévie de Son Fond

Ne plus pécher = Se convertir à Ma Parole Pure = Panser Mes Plaies = Entrer en Pénitence

Ne plus pécher contre Moi = se nourrir de Mon Corps, Ma Chair et Mon Sang = Chercher le Fond libéré de tout bruit d’homme intérieur à soi ou extérieur à soi, pour se nourrir de la Parole Pure et de Son Fond = Guérir Mes Plaies = Faire Pénitence

Mon Salut = Être dans Ma Parole Pure et Son Fond Pur, sans écart = La sortie du péché = la disparition de toute trace de Mes Plaies = Le bout de la Pénitence

 

Les Hommes du Temps Qui Vient

S’ils ne pèchent plus, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la pénitence, ils sont des Hommes du temps qui vient (30/13)

S’ils retournent à Ma Parole Pure, s’ils pansent les blessures infligées à Ma Parole/Mon Corps, Je ne Me souviendrai plus de leur passé, ils entrent dans la recherche du Fond/du Pain/de Ma Chair et Mon Sang/de Moi, pour s’En nourrir et s’élever sur la Voie ascensionnelle vers Moi, ils permettent la guérison de Mes Plaies qui mène à Mon Salut, ils commencent à se purifier des bruits qui les enchainent et à se sauver eux-mêmes en Me sauvant en eux, ils sont des Hommes du Temps Qui Vient.

 

CONCLUSION

Une fois le sens de « péché » et de « pénitence » intégrés, les versets contenant ces mots prennent alors une toute autre signification, qui nous met face à notre véritable responsabilité et à notre véritable pouvoir, et qui ouvre encore plus loin la Voie vers le Fond, vers «Moi».

On n’est plus «les pauvres pécheurs» victimes de notre nature humaine, comme nous enseignent les siècles passés, mais on reprend conscience de notre nature Divine et de notre pouvoir de la faire renaître en nous. Et «Ma Parole» nous montre la Voie.

Les Hommes du Temps Qui Vient sont celles et ceux qui se sont repositionnés sur la Voie du Salut en retournant à la Parole Pure, et qui peuvent ainsi entamer leur ascension vers le Retour. Il revient à chacun de faire le travail de ne plus s’écarter de cette Voie, un travail qui commence par l’effort et qui devient une joie pour les hommes pieux.

Ai-Je fixé un prix à Mon Salut ? Ne l’ai-Je pas livré à tous pour la peine d’une pénitence qui est une joie pour les hommes pieux (28/25)