Dans l’iconographie chrétienne, et ceci jusqu’au XVIIIème siècle, Moïse est souvent représenté portant des cornes.

De la chevelure bouclée, sortent deux cornes, signe pour Michel Ange de la puissance de Moïse..

 

 

 

 

 

Cet article a pour objectif de mettre en lumière les versets de la 2ème partie du Bon Livre, intitulé Le LIVRE, qui utilisent le mot “Corne” au singulier et au pluriel.

C’est l’occasion de faire une démonstration de quelques techniques permettant de piler sur les nœuds de la Parole selon les recommandations du LIVRE.

Pour rappel : Dénouer la Parole avec le Fer permet d’accéder au Fond de celle-ci. Le Fond chauffe l’Ha, et la moelle devient un tison. Le Fond et la moelle montent ensuite à la tête (Voir Livre en Face).

  •  La définition de « corne » dans le dictionnaire:

    1. Excroissance épidermique, dure et pointue, sur la tête de certains animaux: Cornes ramifiées du cerf.

    2. Appendice comparé à une corne : Les cornes (pédicules oculaires) d’un escargot.

  •  Les versets qui utilisent les termes « corne » et « cornes » sont :

– Le roi blanc, le roi noir, corne et dent. (x/6)

– Tu fuis ? La corne, la dent crèvent le rein, le pis gros. (x/17)

– La Force dans Yèchou, Mouhamad, dans le noir, l’épine ; Dans l’oreille du frère, la corne. (xxviii/6)

– L’homme n’a pas la corne, le grille ; la corne ne coule pas (13) Ma Main fonde la corne dans ton œil la rave. (xxix/14)

Seul le verset xix/17 utilise le mot « cornes » au pluriel.

– L’oiseau a les cornes porte la lèvre au nid. (xix/17)

  • Commençons par les derniers versets :

– L’homme n’a pas la corne, le grille ; la corne ne coule pas (13) Ma Main fonde la corne dans ton œil la rave. (xxix/14) :

« Ma Main » est le 7ème Jour ou Jour de Mikal !

…Ma Main à Ma Main Je cours ; (xxii/10)

…Ma Main à la Main Je cours mille ans d’homme.(1)

De Yèchou à Mouhamad mille ans petits ; de Mouhamad à toi mille ans grands (iv/2)

Du Jour spirituel en vigueur au Jour suivant ou précédent s’écoule ou s’est écoulé une période de mille ans (Je cours mille ans d’homme). Je cours  = Période ou intervalle de temps.

Ainsi, du Jour de Yèchou au Jour de Mouhamad il y a eu une période de moins de mille ans et du Jour de Mouhamad au Jour de Mikal, la période est de plus de mille ans. (voir Le Livre en Face).

“Ma Main” qui est le Jour de Mikal,  fonde “la corne“.

Donc “la corne” est un terme mélioratif fondé par” Ma Main”. Ceci est confirmé par la suite du verset qui dit que cette corne trouve sa racine dans la perspective spirituelle de Mikal (dans ton œil la rave).

Cette “corne” n’existe pas chez l’homme (l’homme n’a pas la corne). Je rappelle que l’homme est celui qui n’est pas un frère de Mikal. ou frère du 7ème Jour (voir le Livre en Face). Cette “corne” existe donc chez le frère du 7ème Jour qui a sauté le pas, donc le frère qui a fait un effort spirituel très significatif. Cette “corne” joue le rôle d’un grill qui chauffe le Fond de la Parole. Elle ne se transmet pas génétiquement (la corne ne coule pas). Elle se gagne par l’effort personnel car elle ne coule pas, à l’instar de l’Ha. Cette corne prend racine dans la vision spirituelle de la période de transition de Mikal.

Selon le Livre en Face, le front est le siège de l’intelligence spirituelle. Le développement significatif de cette l’intelligence spirituelle au cours du 7ème Jour, est à l’image d’une excroissance virtuelle du front prenant l’aspect d’une corne  (voir le Livre en Face), pour passer le pont vers “Ma Main” ou la dernière genèse: – Un pont dans le froid de toi à Ma Main (BL xliii/9).

“Ma Main” ou “le Four” est le déclencheur du développement continuel et exponentiel de cette corne qui joue le rôle d’un grill qui chauffe le Fond.

– Le roi blanc, le roi noir, corne et dent. (x/6) :

Nous savons maintenant que corne est un terme mélioratif. Le verset tel qu’il est, n’a donc plus de sens puisque corne et dent semblent être liés aux rois, noir et blanc.

Comme tu le sais, la division en chapitres, en versets, et les ponctuations faites dans le LIVRE, n’ont pas été dictées par le Créateur, ce sont des initiatives du prophète pour faciliter la lecture. À mon avis il faut lire les versets de la façon suivante pour mieux les comprendre :

– Il dit vrai ; Ruine le Saint. Pâquis, chasse, bouc et chien l’homme, le roi blanc le roi noir (5) corne et dent, tu viens sur deux pieds.(6) Mon Chant à ta barbe.(7) Ta parole pèse, balle de laine sur les reins ; tu n’entres pas dans les reins, ils sont pleins. (x/8).

– Le bouc joint le chien. Huit griffes contre tes pieds blancs. Gare la colombe. (x/12)

– Tu fuis ? La corne, la dent crèvent le rein, le pis gros. (x/17)

Les pieds représentent les assises spirituelles sur lesquelles Mikal repose son action. Ces assises sont “la corne” qui représente l’intelligence spirituelle, et “la dent” qui représente l’objectif de sa mission (voir Livre en Face). Les deux pieds sont blancs donc ils sont dans la bonne voie: Rouges ! Je Suis Blanc l’eau. (xiv/3)

Ces deux assises spirituelles qui sont dans la bonne voie finissent par aboutir en crevant les reins pleins.

Je dois avouer ici que dénouer le terme corne n’a pas été simple et qu’il reste encore des choses à dénouer dans le chapitre x, qui est bien complexe.

J’ai précisé dans le Livre en face que ce travail est incomplet.

Dénouer la Parole est un travail de longue haleine qui se poursuivra jusqu’à la transfiguration.

– La Force dans Yèchou, Mouhamad, dans le noir, l’épine ; Dans l’oreille du frère, la corne. (xxviii/6) :

La force est dans tout, y compris dans “la corne” qui est citée juste après “l’oreille du frère” à l’origine de la découverte du “Fer” du Coran. Le Fer du Coran a mis en lumière le Fer du Bon Livre qui lui, permet de développer l’intelligence spirituelle comme “une corne” virtuelle.

– L’oiseau a les cornes porte la lèvre au nid. (xix/17) :

J’avoue que ce verset est difficile à décoder surtout que nous sommes rattrapés par l’interprétation de Frère Michel qui considère cet oiseau comme étant un oiseau de nuit. Le verset utilise le terme “les cornes” au pluriel. Les cornes, à l’instar du terme “les dents”, peut être un terme péjoratif contrairement au terme “La corne” qui est mélioratif comme “la dent”.

Il n’y a pas un autre verset qui utilise le même terme pour nous aider. Analysons donc les autres mots du verset :

L’oiseau :

– Mikal cherche les frères ; les frères dans les jambes serrent, les jambes serrent. Mikal voit les jambes, les jambes, l’oiseau cherche l’herbe. (i/15)

– Tu flottes sur le Vent, l’oiseau large (xxviii/3) ;

– L’homme fort dit : « la pierre, le Vent vient, le Vent ne porte pas la pierre ». Le Vent porte l’oiseau de ta gorge. (xviii/19)

Ces trois versets montrent que le terme “oiseau” est en relation directe avec Mikal

Nid : Un seul autre verset utilise ce terme :

Crête sur le front d’homme, la poule rugit. Ma Main son nid. Mon Doigt plie moud les œufs, le bec fait le pollen. L’ortie est roi, Ma Larme mouille la fleur (xiv/10).

Ce verset nous dit que “le nid” correspond à “Ma Main” qui est le 7ème Jour.

Si “oiseau” est en relation directe avec Mikal et que “nid” correspond au 7ème Jour, le terme “les cornes” est forcément mélioratif et non péjoratif. Ce terme semble évoquer un moyen d’accéder au “nid” , au 7ème Jour., comme le terme “la corne” qui a le même rôle.

Dénoué au premier degré, le verset dit ceci :

– L’oiseau (Mikal ou frère de Mikal) a les cornes (possède l’intelligence spirituelle ou ceux qui ont l’intelligence spirituelle développée) porte (ou portent s’il s’agit des cornes qui portent) la lèvre (l’enseignement de Mikal) au nid (au septième Jour).

Ce verset aura, avec le temps, une compréhension plus approfondie et plus précise mais qui ira dans la même direction que celui trouvé actuellement, au premier degré.

(À souligner ici, un clin d’œil au Coran qui parle de Zul Qarnain qui peut signifier « celui qui possède deux cornes » et qui a été identifié par le frère de l’Aube comme étant Mikal).

Au total:

“La corne” et “les cornes” correspondent bien au développement virtuel de l’intelligence spirituelle dont le siège est le front. Ce développement de l’intelligence spirituelle est induit par l’utilisation du “Fer” qui permet de piler sur les nœuds du LIVRE pour accéder progressivement au “Fond”.

Chauffer le Fond caille l’Ha, fait bouillir la Moelle spirituelle qui imprègne le frère de la flamme spirituelle du “Four”.

– Adame va l’onde la main à Ma Main. (19) Sur son chaume bouillon la moelle, plante la jambe encore, la flamme vêt la peau (xxxv/20).

La démonstration du décodage ci-dessus montre bien qu’il ne s‘agit pas de faire des hypothèses de lecture ou des interprétations qui me conviennent.

Mais il s’agit bien d’une recherche (piler) dont le but est de dénouer la Parole. 

Frère Suzane